Biologique : dont les matières premières ou les ingrédients d'origine agricole sont cultivés sans pesticides ni engrais chimiques.

Budget carbone total : Estimation des émissions mondiales nettes cumulées anthropiques de CO2, depuis la période préindustrielle jusqu’au moment où ces émissions deviennent égales à zéro, qui permettraient, avec une certaine probabilité, de limiter le réchauffement planétaire à un niveau donné, compte tenu des impacts des autres émissions anthropiques

 

Budget carbone restant : Estimation des émissions mondiales nettes cumulées anthropiques de CO2, depuis une date donnée jusqu’au moment où ces émissions deviennent égales à zéro, qui permettraient, avec une certaine probabilité, de limiter le réchauffement planétaire à un niveau déterminé, compte tenu des impacts des autres émissions anthropiques.

Dépassement de température : Dépassement temporaire d’un niveau donné de réchauffement planétaire.

 

Ecologique : dont le processus de production respecte l'environnement et qui est le moins nuisible ou le moins polluant possible.

Émissions nettes de CO2 égales à zéro : Les émissions nettes de dioxyde de carbone (CO2) sont égales à zéro lorsque les émissions anthropiques de CO2 sont compensées à l’échelle du globe par l’élimination anthropique de CO2 pendant une période donnée.

 

Élimination du dioxyde de carbone (EDC) : Activités anthropiques qui permettent d’éliminer le CO2 de l’atmosphère et de le stocker, de manière durable, dans des réservoirs géologiques, terrestres ou océaniques, ou dans des produits. Sont comprises dans ces activités la valorisation anthropique, qu’elle soit actuelle ou potentielle, des puits biologiques ou géochimiques et le captage direct dans l’air et le stockage, mais en sont exclues le piégeage naturel de CO2 qui n’est pas causé directement par des activités humaines.

Fair Trade : qui est honnête avec les producteurs du Sud, c'est-à-dire qui garantit un juste prix (un prix fixé de commun accord entre les deux parties et qui tient compte du coût de production du produit et d'une rémunération digne du producteur) et des conditions de travail décentes.

Impacts : Effets du changement climatique sur les systèmes naturels et humains. Les impacts peuvent avoir des répercussions positives ou négatives sur les moyens de subsistance, la santé et le bien-être, les écosystèmes et les espèces, les services, les infrastructures, ainsi que les biens économiques, sociaux et culturels.

Label bio : certification qui garantit que les producteurs n'utilisent aucun pesticide ni autres produits chimiques pour cultiver leurs produits ou nourrir leurs animaux.

Pour en savoir plus la signification des labels existants : https://www.labelinfo.be/fr

Label écologique : certification qui garantit que l'impact écologique du processus de production est aussi limité que possible.

Pour en savoir plus la signification des labels existants : https://www.labelinfo.be/fr

Leaping Bunny : label international de la Coalition for Conseumer Informtion on Cosmetics garantissant que les cosmétiques n'ont pas été testés sur les animaux.

Préindustriel : Caractérise la période pluriséculaire antérieure à celle marquant le début du développement industriel à grande échelle vers 1750. La période de référence de 1850-1900 sert ici à estimer la température moyenne à la surface du globe pour la période préindustrielle.

Réchauffement planétaire : Estimation de la hausse de la température moyenne à la surface du globe au cours d’une période de 30 ans ou de la période de 30 ans centrée sur une année ou une décennie donnée, exprimée par rapport aux niveaux préindustriels, sauf indication contraire. Pour les périodes de trente ans couvrant des années passées et futures, il est assumé que la tendance

multidécennale au réchauffement observée actuellement se maintiendra.

Risque : Conséquences néfastes éventuelles d’un aléa d’origine climatique sur des systèmes humains ou naturels, dues à la nature de l’aléa considéré, ainsi qu’à la vulnérabilité et au degré d’exposition du système concerné. La probabilité d’exposition à un aléa et l’ampleur de ses effets sont des éléments constitutifs du risque. Par risque, on entend également les conséquences néfastes

éventuelles des mesures d’adaptation ou d’atténuation prises pour faire face au changement climatique
 

Température moyenne à la surface du globe : Estimation de la moyenne mondiale de la température de l’air près de la surface au-dessus des terres émergées et de la glace de mer, et de la température de surface de la mer dans les régions où l’océan est libre de glaces, les variations étant généralement exprimées en tant qu’écarts par rapport à une valeur pour une période de référence donnée. Lors de l’estimation des variations de la température moyenne à la surface du globe, la température de l’air près de la surface des terres émergées et de l’océan est également utilisée.

Trajectoires de développement favorisant la résilience face au changement climatique : Trajectoires qui consolident le développement durable à diverses échelles et amplifient la lutte contre la pauvreté grâce à des transitions et des transformations équitables de la société et des systèmes, tout en réduisant la menace que représente le changement climatique grâce à la mise en place de mesures ambitieuses d’atténuation et d’adaptation et au renforcement de la résilience face au changement climatique.

Trajectoires d’émissions : Dans le présent Résumé à l’intention des décideurs, il est entendu par « trajectoires d’émissions » les trajectoires modélisées des émissions mondiales anthropiques au cours du xxie siècle. Les trajectoires d’émissions sont classées selon leur trajectoire de température au cours du xxie siècle : les trajectoires qui prévoient, sur la base des connaissances actuelles, une probabilité d’au moins 50 % de limiter le réchauffement planétaire à 1,5 °C au plus sont des les trajectoires « sans dépassement » ; celles qui prévoient une limitation du réchauffement à 1,6 °C au plus, suivie d’un retour à un réchauffement de 1,5 °C en 2100 au plus tard sont les trajectoires à « dépassement minime au-dessus de 1,5 °C » ; alors que celles qui prévoient un réchauffement supérieur à 1,6 °C, mais qui revient à 1,5 °C à 2100 au plus tard sont les trajectoires à « dépassement marqué ».